Les élections européennes passées… quel va-t-il se passer maintenant?

Que va-t-il se passer maintenant ?

La course aux postes clefs des institutions européennes a démarré ! Ça a d’ailleurs constitué le principal sujet de discussion du sommet européen qui s’est tenu le 28 mai à Bruxelles. Les États membres ont mis sur la table leurs premières cartes dans la négociation des postes clés de l’UE : celui du président de la Commission européenne, du Parlement européen, du Conseil européen et de la Banque Centrale Européenne.

Quelles sont les personnalités pressenties pour présider la Commission européenne ?

Plusieurs personnalités sont pressenties mais les chefs d’états ne sont pas tout à fait d’accord : du côté allemand, Manfred Weber, président du groupe PPE au PE, ferait office de bon candidat pour Angela Merkel. Côté français : Michel Barnier, le négociateur en chef du Brexit, Margrethe Vestager, la Commissaire danoise à la concurrence membre du parti centriste des Libéraux & Démocrates (ALDE) ou encore Frans Timmermans, le vice-président de la Commission européenne membre du parti Socialistes et Démocrates au PE remporterait les faveurs de la France.

Y-a-t-il des femmes pressenties pour accéder à des postes clefs ?

Oui, hormis Margrethe Vestager, le nom de Christine Lagarde, directrice du FMI, et le nom de Kristalina Georgieva directrice de la Banque mondiale et ancienne commissaire trouvent des échos pour présider certaines institutions.

Comment se passe la procédure de désignation du président de la Commission européenne ?

La nomination du président de la Commission européenne est une compétence du Conseil européen, c’est-à-dire des chefs d’états et de gouvernement des 28 qui ont le devoir de le nommer. Une fois celui-i nommé, il doit ensuite être approuvé par le Parlement européen. Mais durant les précédentes élections en 2014, le système de Spitzenkandidaten avait été retenu. Ce qui signifiait que chaque groupe politique au sein du Parlement européen devait proposer un candidat à la présidence de la Commission européenne, et que le parti qui obtenait le plus haut score, verrait son candidat président à la Commission européenne. Bien que chaque parti ait procédé de cette façon et qu’il y a eu un débat sur les candidats au poste diffusé à la télévision, les chefs d’état ne sont pas d’accord pour procéder de nouveau comme en 2014… A suivre donc !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.