L’UE prend des engagements pour des océans plus propres, sains et sûrs

L’UE a participé les 23 et 24 octobre 2019 à la conférence « Notre océan » qui s’est déroulée à Oslo, en Norvège. Le but de cette conférence est d’améliorer la gouvernance des océans.

Justement, à ce propos que fait l’UE aujourd’hui pour améliorer la gouvernance des océans ?

Dans le cadre de cette conférence « Notre Océan », elle a mis en place une carte interactive destinée à suivre les engagements déjà pris par les gouvernements, les entreprises et les ONG, – 10 milliards d’euros tout de même – ce système de suivi s’appelle « Ocean tracker ». Vous pouvez donc naviguer sur la carte et voir quels sont les projets qui sont mis en œuvre, leur stade d’avancement et le montant accordé aux projets que ce soit dans la lutte contre la pollution marine, la durabilité des filières piscicoles ou encore la protection des espèces marines. Le but est de suivre et d’améliorer la transparence pour que les citoyens soient mieux informés de ce que font les gouvernements, les ONG et les entreprises dans ces domaines.

Mais ce n’est pas tout ?

Non, effectivement, ça ne s’arrête pas là ! L’Union européenne a pris pas moins de 22 engagements à l’occasion de cette conférence. Ces engagements sont des actions que l’UE met en œuvre pour renforcer la gouvernance des océans, en particulier concernant la réalisation du programme de l’UE « vers une Europe plus durable à l’horizon 2030 », et plus particulièrement l’ODD 14 qui est de: «conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable».

Ces engagements se déclinent en projets pour lutter contre la pollution par les plastiques, rendre l’économie bleue plus durable ou encore améliorer la recherche et la surveillance maritime.

Concrètement, que fait-elle?

Concernant la lutte contre le changement climatique, l’Union européenne a annoncé qu’elle consacrerait 12,8 millions d’euros en 2019 à son programme Copernicus de surveillance de la glace de mer et de la cryosphère dans l’Arctique et l’Antarctique, en plus des 2 millions d’euros qu’elle alloue chaque année au programme Copernicus de surveillance de l’océan et de la glace de mer et de prévisions en la matière pour l’Arctique. Le service Copernicus concernant le changement climatique effectue des prévisions mondiales saisonnières et fournit des projections climatiques à long terme pour aider à la prise de décision dans l’Arctique (il s’agit de l’engagement n°6).

Qui dit océan dit aussi pêche durable… que fait l’UE dans ce domaine?

Concernant la pêche durable, l’Union européenne a annoncé qu’elle consacrerait 40 millions d’euros en 2019 au soutien des chaînes de valeur de la pêche et de l’aquaculture durables dans les pays Afrique Caraïbes Pacifique (ACP). Sur la base des approches en matière de chaînes de valeur élaborées par la Commission européenne, la FAO et le secrétariat du groupe ACP, cette action contribuera à la croissance économique, à la création d’emplois et à la sécurité alimentaire et nutritionnelle en améliorant la viabilité économique, sociale et environnementale des chaînes de valeur de la pêche et de l’aquaculture dans un certain nombre de pays ACP. (engagement n°10).

Et un dernier engagement de l’UE ?

L’Union européenne a annoncé qu’elle avait allouer 75 millions d’euros au titre du Fonds européen pour les investissements stratégiques aux investissements dans les entreprises de l’économie bleue qui contribuent à des objectifs comme la réduction des émissions de CO2, l’économie circulaire et la conservation d’écosystèmes (engagement n°16).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.