L’Europe sociale au cœur des priorités de l’UE

Le Commissaire européen en charge de l’emploi et des droits sociaux, le luxembourgeois Nicolas Schmit, a présenté le 14 janvier la feuille de route de la Commission européenne pour une Europe plus sociale.

Quels sont justement les éléments qui composent cette feuille de route?

Il s’agira pour Nicolas Schmit de renforcer la dimension sociale de l’Europe. Ceci fait écho avec la priorité de la Commission européenne “une économie au service des personnes”. Celui-ci va donc être amené à améliorer les conditions d’emplois. Ursula von der Leyen souhaite notamment qu’il contribue à ce que les conditions de travail soient décentes, transparentes et prévisibles au sein de l’UE. Elle lui a confié la mission de rechercher des moyens d’améliorer les conditions de travail des travailleurs des plateformes. Il est aussi question de créer un outil juridique permettant d’assurer un salaire minimum équitable partout dans l’UE.

La jeunesse occupera également une place de choix avec un renforcement de la garantie pour la jeunesse et le développement d’une garantie pour l’enfance européenne, outil qui permettra de lutter contre la pauvreté et de garantir que les enfants ont accès aux services de base.

La formation tout au long de la vie occupera également le commissaire avec la mise à jour de la stratégie pour les compétences, qui s’attachera à déterminer les pénuries de compétences, et à les combler, et à soutenir la reconversion en tant que volet de la transition équitable. Il s’agira aussi de travailler à la mise en place de comptes de formation individuels pour les personnes en âge de travailler, en vue de permettre aux adultes d’accumuler des droits de formation et de les utiliser à des fins de formation dont la qualité est assurée.

D’autres tâches comme l’accompagnement de la nouvelle Autorité européenne du travail et le renforcement les systèmes de protection sociale en Europe font également parties de ses missions.

Comment les députés européens ont-ils réagi face à ces propositions?

Ils souhaitent que ces propositions soient accompagnées de mesures concrètes. Les députés ont notamment demandé des propositions législatives afin de fixer un salaire minimum européen. Pas question d’un SMIC européen identique dans tous les Etats membres mais plutôt de fixer un cadre commun garantissant des revenus décents aux travailleurs les plus pauvres.

Les députés européens souhaitent qu’un fonds en vue d’octroyer des prêts aux régimes nationaux d’assurance chômage en période de crise économique majeure soit aménagé. Enfin, ils ont aussi demandé à la Commission de mettre en place une garantie européenne pour l’enfance au sein du Fonds social européen+, le principal outil de l’UE pour soutenir la mise en œuvre des principes du socle.

Contexte

La Commission Juncker avait lancé le 17 novembre 2017, le socle européen des droits sociaux. Ce socle énonce 20 principes et droits clés en vue de soutenir “des marchés de l’emploi justes et qui fonctionnent bien”.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.