L’UE interdit un nouvel insecticide

La Commission européenne a décidé la semaine dernière de ne pas renouveler l’approbation du thiaclopride, un pesticide à base de néonicotinoïdes, celui-ci étant jugé dangereux pour la santé et l’environnement par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

Quels risques cet insecticide présente-il ?

D’après la commissaire à la santé, Stella Kyriakides : « l’utilisation de ce pesticide suscite des préoccupations environnementales, notamment concernant son impact sur les eaux souterraines, mais aussi sur la santé humaine, en raison de sa toxicité pour la reproduction ».

Les néonicotinoïdes sont des pesticides controversés, utilisés depuis les années 1990. Ces produits sont utilisés pour le traitement de cultures vivrières et fourragères. On leur reproche des effets néfastes sur les abeilles et les pollinisateurs en général.

Où en est l’UE concernant l’interdiction des néonicotinoides ?

Comme le rapporte le site Euractiv.com « sur les cinq néonicotinoïdes dont l’utilisation avait, dans un premier temps, été approuvée au sein de l’UE, le thiaclopride est, depuis 2013, le quatrième produit à faire l’objet d’une interdiction ou de restrictions d’utilisation« . En avril 2018, l’UE avait accepté d’interdire totalement l’épandage de trois autres néonicotinoïdes. Plusieurs États membres avaient cependant mis en place des exemptions d’urgence concernant l’utilisation de ces produits sur leur territoire.

On entend parfois que l’Europe ne se soucierait pas de la santé  des Européens et laisserait faire les lobbies, c’est vrai ça ?

Non ! On ne le sait pas forcément mais l’UE dispose du système d’autorisation le plus strict au monde. Il fonctionne en deux étapes. Tout d’abord, l’Union évalue les substances qui entrent dans la composition des pesticides, puis les autorise ou les interdit. Depuis 25 ans, ce sont plus de 700 substances qui ont été interdites pour protéger la santé des Européens !

Que se passe-t-il ensuite ?

Il revient ensuite aux États membres d’autoriser ou d’interdire la commercialisation et d’encadrer l’usage des pesticides sur leur territoire. Le droit européen encourage aussi une utilisation raisonnée des pesticides, en interdisant par exemple l’épandage aérien, et encourage les substances avec un moindre impact sur l’environnement.

Que se passe-t-il quand une substance est autorisée au niveau européen, est-ce que la France est obligée de l’autoriser également?

Non, si une substance est autorisée au niveau européen, un État membre peut restreindre ou même interdire sa commercialisation s’il établit, par exemple, la dangerosité d’un co-formulant dans le produit final.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.