Les abeilles du Toulois au service de la qualité de l’air grâce à LEADER

Le Comité Agricole du Pays du Toulois (CAPT), sur invitation de l’ATMO Grand Est, s’est engagé dans un projet visant à mettre à contribution les abeilles au service de la qualité de l’air. Très concrètement, le projet vise à utiliser les abeilles qui collectent du pollen pour analyser sur celui-ci la présence de polluants.

Le CAPT avait obtenu le Prix pour « les Actions Innovantes Régionales – AIR » lancé par ATMO Grand Est en 2019. Le projet actuel s’inscrit dans la suite de ce projet sous l’intitulé « Cultivons Melif-AIR ».

Cette expérimentation qui devrait être cofinancée à hauteur de 10 000€ par le Conseil Départemental de Meurthe-et-Moselle, à hauteur de 4000€ par les Communautés de Communes Terres Touloises et Pays de Colombey et Sud Toulois, par le CAPT à hauteur de 1000€ et à hauteur de 15 000€ soit 50% par des fonds européens LEADER. Enfin, ATMO Grand Est devrait également soutenir le projet en prenant en charge les frais non éligibles comme l’achat de semences. Cette expérimentation permettrait de connaitre et évaluer les phytosanitaires présents sur les pollens et faire des bilans carbones sur les parcelles d’étude. Elle devrait ainsi permettre d’en apprendre davantage en matière de composition de l’air sur une période et dans un environnement donné.

Les ruches concernées par l’expérimentation sont situées sur six stations mobiles, posées sur des remorques installées dans divers champs du Toulois au printemps 2019.

Comme le précise Michel Grojean, Président du CAPT en charge du projet « lorsque les abeilles volent, le pollen accroché à leurs pattes capte des substances présentes dans l’air. Avant l’entrée des ruches, nous avons placé un petit grillage, sur lequel leurs pattes  »raccrochent », ce qui fait tomber le pollen dans un réceptacle ». Le pollen collecté est ensuite envoyé pour analyse par un laboratoire spécialisé à Nantes. Comme l’indique Michel Grojean : « dans les grains de pollen, il est possible de détecter jusqu’à 350 molécules différentes ». Il sera ainsi possible de savoir si l’on trouve dans l’air qu’on respire la présence de polluants comme glyphosate ou autre.

Par ailleurs, sur les parcelles d’étude seront réalisées des évaluations des gaz à effet de serre (GES) comme par exemple l’ammoniaque.

Le CAPT compte réaliser une quinzaine de collectes, d’avril à l’automne et souhaite répéter l’opération en 2021 et en 2022.

Comme le rappelle Michel Grojean « l’enjeu du projet est aussi pédagogique ». Faire travailler ensemble les agriculteurs et les apiculteurs est un des objectifs, les agriculteurs se réapproprient ainsi la production de miel et tout ce qui l’entoure et notamment la vie des insectes. Et ça marche : 10 agriculteurs ont suivi les formations apicoles à Toul l’année dernière. Le projet rassemble d’ailleurs un grand nombre de partenaires parmi lesquels : le syndicat apicole API Est, les agriculteurs, la chambre d’agricultur, la Coopérative Agricole Lorraine ou encore des bénévoles.

A terme, les résultats obtenus permettront de sensibiliser non seulement les agriculteurs mais aussi les élus locaux. Ils serviront à la mise en place du « Plan Climat » en prenant en compte les exigences du territoire. Cette expérimentation à vocation « à être partagée et reproductible partout en France », s’enthousiasme Michel Grojean. Et c’est plutôt bien parti, celui-ci est déjà allé présenter le projet à Saintes en Charente-Maritime où il semble faire des émules. 

Les premiers résultats sont attendus – non sans une certaine impatience – à la fin mai.

Le projet soutenu par le GAL Terres de Lorraine s’inscrit dans sa fiche « Promouvoir une citoyenneté économique et sensibiliser aux enjeux de la transition ». Les objectifs poursuivis sont multiples : renforcer la résilience du territoire – relocaliser des activités économiques (alimentation, énergies renouvelables,) – renforcer les liens, les solidarités et la coopération entre les acteurs, – inventer des solutions adaptées aux changements attendus par la société – réduire la consommation d’énergie et les émissions de CO2 et globalement les impacts négatifs de l’activité humaine sur l’environnement.

Contact :

Michel Grojean
Président du Comité Agricole du Pays du Toulois
grojean.michel@wanadoo.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.