Que fait l’Europe pour les jeunes?

Alors qu’on célèbre aujourd’hui la Journée internationale de la jeunesse, nous avons souhaité mettre un coup de projecteur sur l’action de l’UE en faveur de la jeunesse.

Quelle place pour la jeunesse dans les politiques européennes?

Il est essentiel de rappeler que l’UE est compétente en matière de jeunesse et plus précisément dans les domaines de « l’éducation, la formation professionnelle, la jeunesse et le sport » comme le précise l’article 6 du Traité de Fonctionnement de l’Union européenne. Cela signifie que l’UE peut légiférer dans ce domaine mais cette compétence est limitée car l’UE ne peut prendre des mesures que pour appuyer, coordonner ou compléter l’action des Etats membres.

Depuis quand l’UE s’intéresse-t-elle aux jeunes?

Les politiques de jeunesse connaissent un vrai essor avec les Accords de Schengen signés en 1985 qui établissent la libre circulation des personnes au sein de l’Espace Schengen. Il est désormais possible de voyager, étudier ou encore travailler dans un autre pays européen. Le développement politique de l’Union européenne avec la signature du Traité de Maastricht en 1992 et l’institution d’une citoyenneté européenne vient accélérer le développement des politiques en faveur de la jeunesse.

Le premier programme européen en faveur de la jeunesse à voir le jour en 1987 est le programme Erasmus. Il permet alors aux étudiants d’obtenir une bourse et de passer un semestre ou une année d’étude à l’étranger. Faisant parti du programme Jeunesse pour l’Europe, celui-ci vise notamment à favoriser les échanges et la mobilité des jeunes. Cela est facilité grâce à la mise en place du système de crédits ECTS pour faciliter la reconnaissance des parcours de formation et des diplômes en Europe.

En 1996, le Service Volontaire Européen est crée, il permet aux jeunes d’effectuer un volontariat dans un autre pays européen (celui-ci est ensuite transformé en 2016 et devient le Corps Européen de Solidarité).

En 2002, la mise en place du système Licence-Master-Doctorat (LMD)
permet d’unifier progressivement l’enseignement supérieur européen et de faciliter les équivalences entre les pays afin de favoriser les déplacements des étudiants au sein de l’Europe.

En 2005, le Pacte européen pour la jeunesse voit le jour avec pour objectif principal l’amélioration de l’instruction, de la formation, de la mobilité, de l’insertion professionnelle et de l’inclusion sociale des jeunes Européens, tout en facilitant la conciliation de la vie familiale et de la vie professionnelle.

En 2009, la Stratégie pour la jeunesse est adoptée avec pour objectifs l’élargissement et l’amélioration des possibilités offertes aux jeunes et la promotion de la citoyenneté active, de l’intégration sociale et de la solidarité, elle est accompagnée d’un ensemble d’initiatives politiques intitulé Jeunesse en mouvement.
Cette période qui voit une crise sans précédent traverser l’Europe va aussi mettre l’accent sur l’employabilité et l’inclusion sociale des jeunes. En 2013, avec la Garantie pour la jeunesse, l’engagement de l’UE est pris pour assurer à tous les jeunes de moins de 25 ans qui se trouvent sans emploi ou sans formation une offre de qualité (emploi, formation, apprentissage ou stage) dans les quatre mois après leur perte d’emploi ou la fin de leurs études. Cette garantie pour la jeunesse est financée à travers le Fonds Social Européen (FSE) et l’Initiative pour l’Emploi des Jeunes (IEJ). Dans les régions qui enregistrent un taux de chômage de jeunes supérieur à 25 %, une aide supplémentaire est octroyée aux jeunes de moins de 25 ans sans emploi, ne suivant ni enseignement, ni formation (NEET).
Depuis janvier 2014, selon la Commission européenne, 5 millions de jeunes participent chaque année à des dispositifs de la garantie pour la jeunesse. L’initiative pour l’emploi des jeunes a fourni une aide directe à plus de 2,4 millions de personnes dans toute l’UE.

Depuis 2018, elle offre chaque année des Pass Interrail aux jeunes de 18 ans pour leur permettre de découvrir l’Europe et ainsi vivre la citoyenneté européenne, c’est l’initiative Discover EU.

L’Union européenne a adopté fin 2018 une nouvelle stratégie en faveur de la jeunesse pour 2019-2027. Le texte propose d’accorder une attention particulière aux domaines d’activité suivants:
encourager les jeunes à participer à la vie civique et démocratique;
– rassembler des jeunes de toute l’Europe et au-delà pour promouvoir la participation volontaire, la mobilité à des fins d’apprentissage, la solidarité et la compréhension interculturelle;
– soutenir l’autonomisation des jeunes grâce à la qualité, l’innovation et la reconnaissance de l’animation socio-éducative.

Consciente que les conséquences économiques occasionnées par la pandémie du COVID-19 auront un impact important sur la jeunesse, la Présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen a proposé que 22 milliards d’euros issus du Plan de relance Next Generation EU soient consacrés à l’emploi des jeunes. Il s’agit de renforcer la garantie européenne pour la jeunesse, moderniser l’enseignement et la formation professionnelle et stimuler l’apprentissage.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.