Retour sur le discours sur l’état de l’Union

Mercredi 15 septembre à 9h, Ursula von der Leyen, la Présidente de la Commission européenne a fait son discours annuel sur l’état de l’Union devant les députés européens réunis en session plénière à Strasbourg.

Pourquoi est-il si important ce discours ?

Car c’est la rentrée politique et un moment très important dans l’agenda européen car la Présidente de la Commission européenne fait le point sur les défis et réalisations de l’Europe de l’année passée et présente les propositions futures pour 2022.

Comment a-t-elle démarré son discours ?

Elle a commencé son discours avec les mots empruntés à Robert Schuman, père fondateur de l’Europe : « L’Europe a besoin d’une âme, d’un idéal et d’une volonté politique au service de cet idéal[…]. » « Au cours de ses 12 derniers mois, l’Europe a donné corps à ses propos » a-t-elle déclaré. Pour l’illustrer, elle a évoqué la vaccination en rappelant que toute l’Europe a accès à un vaccin qui sauve des vies et que cette période de crise sanitaire bien que particulièrement difficile, avait rapproché les européens.

Quels sont les éléments à retenir de son discours ?

Côté réussite, elle a salué la prouesse de 70% de la population européenne vaccinée. En insistant aussi sur le fait que l’Europe ait été la seule à « partager la moitié de sa production de vaccins avec le reste du monde. L’UE a livré plus de 700 millions de doses dans l’Union européenne, et elle a aussi livré plus de 700 millions de doses au reste du monde, dans plus de 130 pays. Nous sommes la seule région du monde à l’avoir fait. Une pandémie, c’est un marathon, et non un sprint. » Accélérer la vaccination mondiale, c’est une grande question géopolitique, a-t-elle ajouté. L’Europe s’est engagée à partager 250 millions de doses avec l’Afrique, et fera un nouveau don de 200 millions de doses d’ici mi-2022. Afin d’être mieux préparés face aux pandémies, l’UE a également mis en place une nouvelle Autorité européenne de préparation et d’intervention en cas d’urgence sanitaire.

Y-a-t-il d’autres réussites pour l’Europe dans cette année qui s’est écoulée ?

Oui, elle a notamment évoqué le mécanisme SURE. Pour éviter que la crise sanitaire se transforme en crise économique profonde, l’UE a agi rapidement. Grâce à ce mécanisme SURE, plus de 31 millions de travailleurs et 2,5 millions d’entreprises ont pu bénéficier de chômage partiel dans toute l’Europe.

Quels ont été peut-être les échecs de l’Europe en cette année qui s’est écoulée ?

Elle a abordé la question de pénuries de semi-conducteurs et les problèmes d’approvisionnement et de chaînes de production à l’arrêt, ceci alors même que la demande explose. Elle a souligné l’importance de l’Europe à relocaliser sa production. C’est une question de souveraineté technologique a-t-elle déclaré. Il faut investir dans « notre souveraineté technologique européenne » a-t-elle insisté. Comme elle l’a évoqué « la part de l’Europe dans toute la chaîne de valeur, de la conception à la capacité de fabrication, a diminué. Nous sommes dépendants des microprocesseurs les plus avancés fabriqués en Asie. » Il faut donc que l’Europe augmente ses capacités de recherche, de conception et d’essai de classe mondiale.

Quelles sont ses propositions pour l’année à venir ?

Dans le champ de la jeunesse, qui a tenu une place centrale dans son discours, elle a affirmé « Nous devons encourager ceux qui tombent entre les mailles du filet. Ceux qui n’ont pas d’emploi. Ceux qui ne suivent ni enseignement ni formation. » a-t-elle déclaré. Il faut protéger l’avenir des jeunes et les plus vulnérables. Elle propose la mise en place d’un nouveau programme ALMA pour permettre aux jeunes les moins favorisés d’avoir une expérience professionnelle dans un autre Etat membre parce que tous les jeunes méritent de vivre une expérience comme Erasmus. Elle a proposé de consacrer 2022 comme l’année européenne de la jeunesse.

Quels sont les objectifs de l’UE en matière de climat ?

En matière de climat, elle a rappelé l’objectif de l’UE de réduire de 55% ses émissions de CO2 d’ici à 2030. Cela se traduit désormais en obligation juridique pour l’UE. Comme elle l’a précisé «  L’Union européenne est la première grande économie à présenter une législation complète pour atteindre ses objectifs. ». Nous allons mettre un prix pour la pollution, nous allons rendre plus propre l’énergie que nous utilisons, construire des voitures plus intelligentes et  des avions plus propres…. Les ambitions climatiques de l’Europe s’accompagne d’un nouveau fonds pour le climat. La transition écologique doit être juste. C’est la raison pour laquelle nous avons proposé un nouveau Fonds social pour le climat qui s’attaque à la précarité énergétique qui touche déjà 34 millions d’Européens.  Les Etats membre seront réunis à Glasgow pour la COP2026.

Qu’en est-il en matière de de la politique étrangère ?

En matière de politique étrangère, elle a affirmé que l’Europe était aux côtés du peuple Afghan et des défenseurs des droits.  « Il faut continuer de soutenir les Afghans et de fournir une aide humanitaire. Il faut tout mettre en œuvre pour combiner nos efforts. »

A-t-elle abordé d’autres sujets ?

Oui, son discours était relativement long, une heure de discours (presque exclusivement prononcé en anglais) ! Elle a abordé d’autres sujets, comme la défense avec l’organisation d’un sommet européen de la défense sous la Présidence française du Conseil de l’UE au premier semestre 2022. Elle a aussi abordé le nouveau Pacte pour la migration et l’asile mais dont la mise en œuvre est lente « Je le crois: le moment est maintenant venu d’élaborer une politique européenne de gestion des migrations ». Elle a également insisté sur la défense de la liberté et notamment de la liberté des médias. Enfin, « les femmes doivent retrouver leur vie et leur liberté de choix . C’est pourquoi nous proposerons avant la fin de l’année une loi sur la lutte contre les violences faites aux femmes. » 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.