Retour sur le dialogue citoyen sur la PAC

L’association Citoyens & Territoires Grand Est qui héberge à la fois le relais EUROPE DIRECT Territoires Lorrains et le Réseau Partaage (Réseau des acteurs de la transition alimentaire dans le Grand Est), organisait un dialogue citoyen sur la Politique Agricole Commune, ce mardi 6 septembre.

Contexte et intervenants

La Politique Agricole Commune (PAC) est LA politique européenne par excellence ! C’est le premier poste de dépense du budget européen représentant près de 387 milliards d’euros pour la période 2021-2027 dont la France est la première bénéficiaire avec près de 62 milliards d’euros pour la période 2021-2027.

Les enjeux qui touchent à la politique agricole sont nombreux : nourrir les européens, lutter contre le changement climatique, fournir un revenu aux agriculteurs ou encore protéger nos paysages et la biodiversité.

Comment la PAC prend-t-elle en compte les enjeux climatiques et environnementaux ? Comment s’est-elle adaptée ? Et comment va-t-elle contribuer à faire de l’Europe, le premier continent climatiquement neutre en émissions de CO2 d’ici à 2050 ?

C’est à ces questions qu’ont tenté de répondre la Députée européenne Anne Sander (Parti Populaire Européen – centre droit) et le Député de la 5ème circonscription de Meurthe-et-Moselle Dominique Potier (Parti socialiste). Encore merci à eux de nous avoir accordé de leur temps et de s’être prêtés à l’exercice !

Relayer la parole et les questionnements des jeunes

2022 ayant été consacrée comme l’Année européenne de la jeunesse par les institutions européennes, en tant que relais EUROPE DIRECT, nous sommes partis à la rencontre de jeunes des Etablissements Publics Local d’Enseignement Agricole de Bar-le-Duc et Pixérécourt pour échanger avec eux sur la vision qu’ils portent pour l’agriculture et la PAC. La plupart d’entre eux se destinent à être agriculteurs ou salariés dans des exploitations agricoles.
Sachant que 50% des agriculteurs français vont partir à la retraite dans les 10 ans à venir, c’est donc bien à cette jeune génération d’agriculteurs que la PAC doit « parler ».


Il ressort de ces échanges que :

  • 80% d’entre eux n’avait pas entendu parler du « Pacte Vert », la feuille de route environnementale de l’UE, qui vise à faire de l’Europe le premier continent neutre en émissions de CO2 d’ici 2050
  • Les priorités qui leur importent par rapport à toutes celles poursuivies par la PAC sont, dans l’ordre :
    • assurer un revenu équitable aux agriculteurs (100% des répondants)
    • rééquilibrer les pouvoirs dans la chaîne d’approvisionnement, ex aequo avec : garantir la qualité des denrées alimentaires et la santé en réponse aux attentes de la société européenne (40% des répondants chacuns)
    • agir contre le changement climatique (33% des répondants)

Les autres priorités leur semblent en revanche plus accessoires : Accroître la compétitivité européenne / Préserver les paysages et la biodiversité / Soutenir le renouvellement des générations européennes / Dynamiser et soutenir le développement économique des zones rurales européennes et, à la toute fin, protéger les ressources naturelles dans un objectif de développement durable

Les échanges – le replay

Pendant 1h30 et en rebondissant sur les questions des participants dans le chat, nos intervenants ont pu aborder assez largement les tenants et aboutissants de cette nouvelle politique agricole commune, ainsi que leurs avis – nécessairement différents – sur le caractère ambitieux du texte.

Voici les points principaux abordés lors de ce dialogue :

  • Des principales différences de cette nouvelle PAC d’avec la PAC précédente : la mise en place des éco-régimes (qui représentent 25% des aides du premier pilier de la PAC) et des Plans Stratégiques Nationaux
  • La place de la question écologique dans la PAC, mais aussi l’apport des autres textes européens (Green Deal, « Farm to fork ») qui ont pu compléter d’autres objectifs agricoles en matière de réduction des émissions de carbone
  • Le rôle clé de l’Union européenne pour assurer la souveraineté alimentaire mondiale.
  • Questionner, chacun avec sa sensibilité, la place de l’international et de l’export dans l’agriculture (l’UE dispose d’une balance commerciale excédentaire pour ce qui concerne les produits agricoles ; le secteur agro-alimentaire est d’ailleurs un grand pourvoyeur d’emploi). Ainsi que la problématique de la distorsion de la concurrence avec des pays hors UE, mais également en interne avec des règles nationales différentes.
  • Aborder la place de l’agriculture dans la production d’énergie : méthanisation… la législation européenne décrit précisément le pourcentage/la surface des terres agricoles qui peut être utilisée pour la production d’énergie
  • L’enjeux de prendre en compte le bilan carbone des exploitations et le rôle qu’elles peuvent avoir de « puits carbone ».
  • L’évolution des régimes alimentaires et des types de productions et notamment la tendance qui touche l’élevage en France.
  • Le rôle de l’innovation et des avancées scientifiques.
  • Et enfin le rôle des aides européenne en matière d’aide alimentaire ou de sensibilisation à manger des fruits et légumes

Lien vers le podcast bientôt disponible.

Pour aller plus loin:

Au delà du débat d’idées, vous souhaitez peut-être revenir aux textes et creuser quelques-uns des aspects de la PAC.

La PAC 2023 – 2027 :

Sa déclinaison en France :

Les réactions et analyses à son sujet :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.